A table for ten, 2018

Une visite à la famille d’Abdul dans la campagne, au Malawi. Dans la plupart des petites habitations, seulement un repas par jour à base de maïs est servi . C’est la saison de la moisson et une fois de plus, il est évident que l’année sera trop longue pour la quantité récoltée car elle sera épuisée dans six mois.

Lors de sa visite Marie-Line Kercret est soudainement touchée par la posture de la maitresse de maison, sa belle-mère en ses nièces, dans leur pièce de vie, en compagnie de leur bien le plus cher : le maïs. La pose solennelle des Malawiens et leur hospitalité, en dépit de leurs conditions d’existence extrèmement précaires, l’interpelle et l’amène à réaliser une série de portraits dans le village.

Sans indications, mise à part de se placer dans la lumière du jour, les femmes posent. Les hommes ont quitté le village pour se rendre en ville et chercher un petit boulot. Une marche d’une heure et demie.

Petit panneau : essayer de dresser la table pour dix personnes.