T(A)SK, 2017

Les villes se sont transformées au fil des ans. Cependant, un aspect reste immuable : nous sommes toujours entourés d’inconnus. Cet inconnu génère une forme de peur tout en attirant. L’inconnu est imprévisible et pourrait être menaçant si on ne le situe pas. Mais l’inconnu est aussi attractif car il offre libertés et promesses. Le philosophe Zygmund Bauman a pensé deux termes pour distinguer ces facettes : mixophobie (peur engendrée par l’inconnu) et mixophilie (son attirance).

Selon le philosophe Hans-Georg Gadamer, une compréhension mutuelle entre les gens pourrait naitre en nivellant les horizons, ou, dit différemment, en partageant une expérience mutuelle dans un lieu. Même furtive, tel une rencontre, une conversation ou une tâche partagée.

Interaction : demandez à un inconnu de se placer en face de vous et pourquoi il visite cette exposition.